Donovan Léon : « Rezé a été une véritable bouffée d’oxygène ! »

Après avoir remporté le Tournoi international Cadets de Rezé l’année dernière, Donovan Léon a joué cette saison ses premiers matchs professionnels en Ligue 1 sous les couleurs de l’AJ Auxerre. Portrait de ce jeune gardien de but de 19 ans, qui fait rimer succès sportif avec rigueur et travail.

Donovan, tu as remporté l’année dernière le Tournoi international Cadets de Rezé avec l’AJ Auxerre, comment ta carrière a évolué depuis ?

« Aujourd’hui, je suis le deuxième gardien du club derrière Olivier Sorin. Mon but est de prouver chaque jour à l’entraînement que j’ai ma place sur le banc. J’ai quand même participé à deux matchs de Ligue 1 cette saison. Le premier était contre Montpellier, en début de saison, et ça ne s’est pas très bien passé car nous avons perdu 3-1 contre eux. Ca m’a mis un petit coup au moral. J’ai eu l’occasion de me rattraper par la suite contre Nancy où nous n’avons pris aucun but (0-0). Malgré tout, mon premier match en L1 reste un bon souvenir : ma mère était présente dans les tribunes et je ne pensais pas arriver si vite à un tel niveau ! »

Justement, peux-tu nous rappeler ton parcours ?

« Je suis originaire de la Guyane et je jouais à Cayenne. Quand j’étais plus jeune, j’ai joué attaquant mais ça n’a pas duré très longtemps : il fallait courir (rires). Physiquement, je ne tenais pas et je suis devenu gardien de but. C’est un poste où il faut avoir un mental d’acier et savoir rebondir dès qu’on encaisse un but. A force de travail, je suis devenu capitaine de la sélection U14 de la Guyane. Je suis arrivé en métropole à mes 14 ans et j’ai signé à Brétigny, l’un des meilleurs clubs de jeunes de la région parisienne. Là-bas, j’ai réussi à me faire remarquer. Il y a eu des approches du PSG et de Rennes, mais finalement je me suis engagé avec l’AJ Auxerre il y a 2 ans. Même si cette saison est difficile sur le plan des résultats, je ne regrette pas mon choix. Le club m’accorde énormément de confiance et je viens de signer mon premier contrat professionnel. Ce n’est que du bonheur ! »

Quels conseils donnerais-tu pour en arriver à un tel niveau ?

« Il faut toujours travailler ! Quand on est jeune, on croît tout savoir. Lors des tournois, on se dit qu’on est plus fort que tel ou tel joueur… Mais ce n’est pas ça l’important. Il ne faut pas s’arrêter là-dessus. Il ne faut jamais se relâcher et répéter les efforts chaque jour. Il faut aussi beaucoup de sérieux, de rigueur et savoir écouter les gens qui nous entourent. Par exemple, dans le vestiaire, j’écoute beaucoup les plus anciens comme Adama Coulibaly et Olivier Sorin, le gardien titulaire. J’observe aussi les autres gardiens de but. En Ligue, j’aime beaucoup Steve Mandanda. Il est vraiment très fort sur sa ligne. Il y a aussi Salvatore Sirigu que personne ne connaissait en début de saison et qui impressionne tout le monde aujourd’hui. »

Pour terminer, peux-tu nous dire un mot sur le Tournoi international Cadets de Rezé ?

« C’est vraiment un très bon tournoi. J’y ai participé à deux reprises. Il y a 2 ans, nous avons terminé troisième et l’an dernier, nous avons gagné. Nous étions vraiment très contents, surtout qu’il y avait de très bonnes équipes comme le Congo, qui nous avait pas mal impressionnés. En plus, nous vivions une saison assez difficile en championnat. Notre victoire finale nous a été une véritable bouffée d’oxygène. Par ailleurs, le fait d’être en famille d’accueil est une très bonne chose. Pour ma part, je tiens à remercier les gens qui m’ont accueilli. Cela m’a permis de voir d’autres personnes que des footballeurs (rires). »