Jordan Veretout

Le parrain de l’édition 2012 du Tournoi international de Rezé, c’est lui. Pur produit du centre de formation de La Jonelière, Jordan Veretout, tout juste 19 ans, affole déjà les observateurs de la Ligue 2. En 21 matchs, il affiche 4 buts au compteur et une maturité exceptionnelle à son âge. Rencontre avec cette étoile montante du FC Nantes.

Jordan, cette saison est ta première disputée en tant que footballeur professionnel. On peut dire que tu ne rates pas tes débuts !

« C’est sûr, pour l’instant tout se passe bien et j’en suis le premier heureux. Depuis le début de saison, le coach me fait confiance et je fais tout mon possible pour qu’il la maintienne. Ca semble être le cas car j’ai joué presque tous les matchs en tant que titulaire. C’est une vraie fierté ! De plus, j’ai renouvelé mon contrat jusqu’en 2015. »

Comment en es-tu arrivé à ce niveau ?

« Je joue au foot depuis très jeune. Je jouais dans un petit club près d’Ancenis. Le FC Nantes m’a repéré et j’ai intégré le centre de formation de La Jonelière à l’âge de 10 ans. J’y ai fait toute ma formation avant de signer mon premier contrat professionnel il y a maintenant deux ans. A la signature, j’étais très content et très fier. C’était comme un rêve qui se réalise. Mais il n’y a pas de secret dans le football : tout passe par le travail à l’entraînement et la répétition des efforts. Il n’y a pas de place à la chance, ni au hasard. Aujourd’hui, même si je joue régulièrement au FC Nantes, je dois sans cesse prouver que j’ai ma place ici. Chaque jour, je travaille dur à l’entraînement et je ne ménage pas mes efforts. Je dois montrer à Landry Chauvin, mon entraîneur, que je suis capable de courir sans m’arrêter pendant 90 minutes. »

Tu te souviens de ton premier match avec les pros ?

« C’était contre Sedan, en fin de championnat, la saison dernière. Je n’étais rentré que pour les cinq dernières minutes. Même si ça n’a pas été très long, j’en garde un excellent souvenir. Cela montre que notre travail à l’entraînement paie. Cela concrétise nos efforts mais j’étais bien conscient qu’il fallait que je montre encore plus. Mon premier but était en tout début de saison, contre Guingamp. Nous avions gagné 4-0 à La Beaujoire. Sur une contre-attaque, je traverse la défense guingampaise. Sylvain [Wiltord] me voit et me fait une super passe en profondeur. Je vais plus vite que les autres et arrivé devant le gardien, je ne me pose pas de questions. Je frappe du gauche, le plus fort possible et c’est rentré. Je suis tout de suite allé me jeter dans les bras de Sylvain Wiltord pour le remercier. Sa passe était vraiment fantastique. Voir tout le public nantais survolté après ce but fait rêver. C’est un spectacle impressionnant et j’espère le voir ainsi le plus souvent possible ! »

A 19 ans, ce n’est pas trop difficile d’enchaîner tous ces succès ?

« Je sais que je ne dois pas m’éparpiller et garder la tête sur les épaules. Pour l’instant, ça va. Je ne me prends pas trop la tête et je pense rester à Nantes pour plusieurs années encore. Désormais, j’ai un agent qui s’occupe de tout l’extra-sportif. Je ne m’occupe pas de ça et je lui fais entièrement confiance. Il m’accompagne et je sais qu’il fera ce qu’il y a de mieux pour ma carrière. Si quelque chose d’important se passe, il me contactera et nous en parlerons au moment voulu. Aujourd’hui, je me concentre uniquement sur mon football. Je sais que mon jeu comporte encore énormément de défauts et je dois tout faire pour les gommer. »

Si tu aurais un message à faire passer aux supporters du FC Nantes, quel serait-il ?

« Supportez-nous ! Nous ne sommes pas très loin du podium1 et nous croyons vraiment en une montée en Ligue 1 cette année. Nous allons tout faire pour y parvenir mais nous avons besoin des supporters pour y arriver. Venez nombreux à La Beaujoire ! »

1 Au moment de l’interview, le FC Nantes est quatrième au classement général de la Ligue 2 et accuse 5 points de retard sur le troisième : Clermont Foot.